Conseils

Comment faire le deuil de mon animal ?

Tout d’abord, si vous lisez cet article, nous nous doutons que vous traversez une triste période, une épreuve douloureuse et sommes de tout cœur avec vous. A travers cet article, vous découvrirez quelques conseils pour traverser cette épreuve et accepter la perte de votre compagnon. Mais n’oubliez pas, faire son deuil ne signifie pas oublier.


L’entourage avant tout !

Tout d’abord, il faut savoir qu’il n’y a aucune honte à avoir lorsque la perte d’un animal provoque une douleur et une tristesse aussi intense que la perte d’un proche humain. Il est important de s’entourer de personnes pouvant comprendre cela afin d’éviter d’ajouter la colère à la tristesse lorsque que d’autres feront preuve d’incompréhension pouvant aller jusqu’à la moquerie. Personne ne peut vous dire ce que vous devez éprouver, pas même votre ami qui vous dira que ce n’était qu’un chat, alors qu’il ne faisait pas parti de cette relation.

Nos premiers souvenirs…

Vous souvenez-vous de son arrivée ? De sa façon si spéciale de ronronner quand il frottait ses moustaches à votre visage ? Ces souvenirs qui peuvent être douloureux vous aideront chaque jour à accepter la situation.

Dîtes-lui au revoir.

Vous ne comprenez pas, vous ne croyez pas à sa mort ! C’est bien normal. Il est primordial de pouvoir dire au revoir à votre compagnon. Que ce soit en enterrant son corps, ses cendres ou un objet lui appartenant. A partir de cette première étape, vous commencerez véritablement le processus de deuil.

Ce n’est pas de votre faute !

Qu’il se soit sauvé, qu’il soit tombé malade ou autre, ce n’est pas de votre faute. Depuis son arrivée dans votre foyer, vous l’avez choyé, aimé, accompagné. Chaque histoire connaît sa propre fin et vous n’y aviez aucun rôle, cela fait parti du cycle de la vie. L’euthanasie vous a grandement perturbé ? C’est là l’un des pires moments dans nos relations avec nos animaux mais n’oubliez pas que cela n’engendre aucune douleur et mieux, cela libère votre animal de ses douleurs.

Raphaëlle et Girouette, photo de M. Plassart

Pleurez, criez, extériorisez !

Votre quotidien, à la maison, s’organisait aussi en fonction de votre animal, il est parfaitement normal de ressentir une profonde solitude dans ces moments. Il est important de commencer par retirer ses affaires, faire le tri entre ce que vous retirez de chez vous et ce que vous gardez. Mais vous ne devez pas vivre avec son panier au pied de votre canapé ! Au risque d’être incapable d’accepter sa mort. Ensuite, trouvez de nouvelles activités afin de combler ce temps que vous dédiiez à votre animal comme du sport, la découverte de votre ville, les constructions DIY. Enfin, n’hésitez pas, si vous en avez l’occasion, à prendre quelques jours afin de pouvoir vous reposer et surmonter votre chagrin. N’hésitez pas à consulter un professionnel si vous sentez que vous vous enfoncez plus chaque jour dans la tristesse.

Rendez-lui hommage.

N’hésitez pas à écrire ce que vous ressentez, c’est l’un des meilleurs moyens d’extérioriser la douleur et d’y faire face. Que ce ne soit que pour vous ou que vous souhaitiez l’afficher, le publier, peu importe. Ecrivez vos plus beaux souvenirs, parlez de lui avec vos proches ! Et si besoin, organisez une cérémonie funèbre et fabriquez votre propre mémorial en souvenir de ces belles années à ses côtés.

Adoptez.

Une fois le deuil accepté, – jamais avant !, une fois que les photos de votre animal vous font sourire plutôt que de vous faire pleurer, alors tournez-vous vers une association et adoptez. Vous sauverez un animal qui vous prouvera sa reconnaissance toute sa vie. De plus, vous découvrirez une nouvelle relation qui n’aura que peu de points communs à celle que vous aviez avec votre compagnon bien-aimé. Vous n’aimeriez pas être remplacé, lui non plus. Vous aviez un golden retriever, mâle, avec une tâche blanche de poils sur le cou ? Ne recherchez pas son sosie pour le transformer en pansement. Il est conseillé de changer de race et de sexe pour bien dissocier ces deux êtres.

Ne perdez pas courage, le deuil peut être un long processus mais nous en voyons toujours la fin.

Les Animaux sont nés pour nous apprendre à aimer.

David Banville

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *